Du Haut du Castillet [2]

Publié le par Groupe FN Perpignan

Le Journal de Mickey : la référence politique de François Rivière !
Pour certains c’est Das Kapital d’un certain barbu germanique, pour d’autres les Mémoires d’espoir d’un général de brigade plutôt grand de taille, ou encore Mes idées politiques d’un barbichu poète provençal … chacun a ses références littéraires en matière de politique à Perpignan comme ailleurs.
Mais pour François Rivière, la référence intellectuelle de ses pensées les plus profondes c’est… Mickey !
« J'épatais mes parents car à 10 ans, je lisais le journal, Midi Libre, tous les matins et je m'intéressais déjà aux news, explique-t-il ce matin dans L’Indépendant. Midi Libre et le Journal de Mickey auquel j'ai quand même été abonné jusqu'à 18 ans ! »
Rien d’étonnant en somme lorsqu’il ajoute plus loin : « J'apprécie en Jean-Paul Alduy, son intelligence… » Sans commentaires.


Insécurité : face au terrorisme intellectuel de gauche, Rivière baisse déjà son pantalon
Il n’est pas encore élu au conseil municipal que François Rivière, déjà, baisse culotte : dans L’Indépendant, il reconnaît redouter « l'extrême droite » car, selon lui, « ses thèmes de campagne avivent les tensions dans les quartiers » !
Demander la sécurité pour tous les Perpignanais et partout, réclamer l’application stricte de la loi républicaine, exiger à ce que le maire, premier magistrat de la ville fasse enfin son boulot, ne serait donc pas politiquement correct pour le sarkompatible François Rivière qui, déjà, donne des gages de bien-pensance à Amiel-Donat.
Voilà qui promet pour la suite !


Alex échappe à la case prison !
Fort de sa mise en examen pour « entrave à l’exercice de la justice », le policier d’élite de la liste Amiel-Donat, Alexis Abat, a été laissé libre hier soir. Aux grands regrets du représentant du parquet, il ne connaîtra donc pas les affres de la détention provisoire comme le tout nouveau maire UMP de St-Cyp…
Après avoir mitonné 48 heures chez les « bœuf-carottes », notre Pinot simple flic perpignanais est ressortit à 22 heures du Palais de Justice et n’a donc pas pu assister à la petite sauterie donnée hier soir par Amiel-Donat au Centro Espagnol, et encore moins faire profiter ses colistiers de son inestimable et irremplaçable expérience de la GAV… expérience à l’évidence devenue de plus en plus nécessaire, ces derniers temps, pour les élus et futurs élus UMPS des Pyrénées Orientales !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article